Le Village

L
a position stratégique de Maubec, exploitée dès le sixième siècle avant notre ère par la tribu des Allobroges, n’a pas manqué d’intéresser les généraux de César, les envahisseurs Burgondes, les Francs de Clovis et plus tard les seigneurs du Moyen-Age.
Une partie de l’histoire du pays s’est nouée et dénouée à Maubec dont la baronnie, vassale du duc de Savoie, narguait ouvertement l’autorité du Dauphin de France. Durant plusieurs siècles, cette rivalité a provoqué escarmouches, batailles, pillages et expéditions armées en tous genres contre les proches voisins (Bourgoin entre autres).

P
uis, au fil des ans, d’un haut lieu de guerre, Maubec est devenu havre de paix pour ses habitants mais aussi pour les penseurs comme Jean-Jacques Rousseau qui résida un temps sur la commune.

A
vec un soupçon d’imagination, le promeneur verra se dessiner à l’horizon les hautes murailles du Mont-Léopard (château aujourd’hui disparu) et entendra la voix sonore de Gilles de Bocsozel, seigneur des lieux, houspillant manants et soudards. A partir d’un seul pan de mur encore debout, il reconstituera le château des Roches, magnifique bâtisse presque entièrement rasée à la Révolution.

S
i vous venez à Maubec, vous aurez peut-être la chance de croiser au détour d’un chemin ou à l’orée d’un bois, le fantôme de grands personnages tels Isnard de Malbec, Monseigneur de Mercy, Louis Marie Léopold de Lorraine, Prince de Guise, Fleurie de Montlor, Marquise de Maubec et bien d’autres dont la liste serait fort longue. Après avoir rencontré si prestigieuse noblesse vêtue de soieries, d’or et d’hermine, peut-être apprécierez-vous le recueillement dans le calme et le dépouillement de l’église Saint-Bonaventure qui, depuis plus de cinq siècles, maintient son clocher dressé au-dessus du village au mépris des tempêtes naturelles ou sociales.

N
’ayez aucune crainte en venant ici, car si les maubelans furent autrefois de farouches guerriers, ils sont devenus, grâce à une savante alchimie du temps, pacifiques, hospitaliers et toujours heureux d’accueillir des visiteurs amateurs d’histoire.